dimanche 20 avril 2014

Et puis j'ai dansé...

A 3 ou 4 ans, ma mère m'a inscrite à un cours de danse classique, je crois que j'ai aimé ça tout de suite et j'ai même des souvenirs de cette époque, de la salle, de ma tenue, du spectacle de fin d'année et j'ai commencé à danser. 1ère position et les autres, pliés et dégagés, pas de bourrée et glissades, changement de pieds et saut de chat et tout le reste… Trois années de cours de danse et malheureusement déménagement dans un village sans école de danse. Mais j'ai continué à danser, à répéter tout ce que j'avais appris, à user mes disques de Coppélia, du Lac et de la Belle… Six ans à martyriser ma soeur qui devenait mon élève, à monter des chorégraphies, des spectacles. 




Et puis nouveau déménagement dans une ville où j'ai pu reprendre des cours de danse classique. Je n'avais pas oublié grand chose et même si la première année j'ai été mélangée avec des plus jeunes, j'ai rattrapé le niveau et j'ai commencé les pointes. Mon professeur un jour a demandé à ma mère si je travaillais bien à l'école car sinon j'aurai pu faire de la danse mon métier. Oui je travaillais bien à l'école, un an d'avance… Mais moi ça faisait longtemps que je voulais faire de la danse mon métier, pas de devenir danseuse mais prof de danse plutôt. Seulement je ne suis pas sure de mon niveau et je ne sais pas trop si ça peut être possible… Et puis ma prof prend sa retraite et je m'inscris dans une autre école et commence le moderne jazz. Ma nouvelle prof a le même discours que l'ancienne à propos de possibilités de carrière. Je commence à faire des stages, dans ma région et à Paris et c'est à cette époque que je rencontre le chorégraphe Bruno Agati qui à ce moment avait une compagnie. On peut dire que c'est une révélation! D'un style, de choses qui existent et que je ne connais pas dans la danse, d'une aura de danseurs… Et de stages en stages c'est devenu une évidence que la chose qui me fait le plus de bien au monde c'est la danse, même si parfois c'est dur, ça fait mal, ça prend du temps, il faut aller danser au lieu d'aller avec les copines, passer son bac et aller répéter tous les soirs… 
Enfin bac en poche je pars à Lyon, à 17 ans, soutenue pas mon amoureux de l'époque pour prendre un maximum de cours et m'inscrire dans une école reconnue par le ministère pour apprendre mon futur métier. Là je découvre la danse contemporaine et toujours beaucoup de stages et toujours de loin en loin avec Bruno Agati. Je progresse beaucoup à cette époque et un jour au détour d'un stage, Bruno me complimente sur mes progrès et le stage d'après il me met en première ligne et montre sur moi des exercices. Une sorte de consécration dans ce milieu. Jusqu'au jour où après un cours il me demande dans quelle compagnie je danse. Je pense que je suis restée quelques secondes muette et lui ai dit que je ne dansais nulle part en particulier, que je n'avais pas le niveau. Il m'a répondu " Tu plaisantes j'espère!" 




C'est vraiment lui qui m'a donné ma légitimité à me sentir vraiment à ma place dans ce métier. J'ai participé de loin en loin à ses stages car j'ai commencé à travailler dans ma propre école de danse. Il y a environ 5 ans j'ai fait un stage avec lui accompagnée de ma fille que je lui ai présenté, c'était assez bizarre car elle avait à l'époque le même âge que le mien quand j'ai fais mon premier stage de danse.
Et là il y a une semaine, j'ai repris des cours sur un week-end avec Mr Agati qui était tout content de me voir… 30 ans après le premier stage! Et quel bonheur quand le 2ème jour il est venu me chercher au fond de la salle pour me mettre devant à côté de lui "Profite, profite, reste pas derrière" Et encore une fois, à 45 ans, la légitimité de danser encore et toujours je lui dois…


n

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire