dimanche 28 juillet 2013

Je n'ai besoin de personne...

... pas en Harley Davidson mais en moto ça oui! Quand j'avais 13 ans j'ai rencontré un jeune homme de 18 ans (oui je sais c'est pas bien...) et je suis restée avec lui jusqu'à 18-19ans, et il se trouve que le dit jeune homme roulait en moto... Donc forcément ça a déteint sur moi! Au début je n'avais pas le droit de monter derrière car bien sûr pour mes parents c'était dangereux mais petit à petit j'ai été "initiée" et j'ai bien sur très vite accroché. A tel point que peu avant mes 18 ans j'ai fait l'acquisition d'un 400 Honda et j'ai passé mon permis, avant le permis voiture. A cette époque je ne me déplaçais quasiment qu'en deux roues accrochée à mon amoureux qui me faisait découvrir les premiers instants de liberté et d'autonomie. J'avoue que tout de suite j'ai moins aimé conduire qu'être derrière et me laisser emmener, profiter du paysage...
Et puis je me suis mariée quelques années plus tard avec quelqu'un qui faisait aussi de la moto mais plutôt cross et enduro donc pas trop la ballade à deux. Mais j'ai passé mon permis bateau et on s'est mis au jet ski (jet à bras en fluvial) Ensuite sont arrivés les enfants, un, deux puis trois et j'ai craqué pour une petite 125 pour me ballader dans les chemins et aller chercher le pain. Puis divorce et à nouveau plus de moto pendant quelques années. Jusqu'à ce que je rencontre mon mari chéri, il y a 8 ans et je vous jure que je ne l'ai pas fait exprès, mais il se trouve que le monsieur roule entre autres en deux roues. Et c'est reparti! Quand je remonte pour la première fois en tant que passagère derrière lui toutes les émotions et le ressenti de mes 15-18 ans reviennent à la surface instantanément et c'est trop bon! Un retour dans le passé avec ce sentiment de liberté et de partage avec celui qui est devant. Même si là je lorgne un peu pour en acheter une à moi comme ça:



Et puis la moto c'est tellement chouette pour se déplacer (bon quand il pleut c'est moins rigolo) car même le trajet le moins drôle devient une ballade, sans compter qu'on échappe aux problèmes de circulation et de stationnement et ça l'été c'est bien agréable! Et puis c'est du sport, si je vous jure: quand l'accélération est un peu forte ce sont mes petits bras cramponnés à l'arrière qui amortissent, idem pour le freinage et quand on tourne travail des adducteurs pour garder le contact avec le pilote. J'aime par dessus tout le point de vue que ça me donne sur les paysages (enfin quand j'ai le temps de les voir!) et cette bulle où je ne peux rien faire d'autre que suivre et ça c'est très rare pour moi. On a testé l'intercom pour se parler en roulant mais très vite abandonné, je trouvais ça "dérengeant" de ne pas être dans ce temps de communication non verbale où comme je vous l'ai dit, je suis et ne prends aucune décision. Bon OK il y a quelques inconvénients aussi! Le brushing tu oublies et le maquillage sophistiqué aussi d'ailleurs car en moto l'oeil larmoie facilement et le blush reste dans le casque! La petite robe pour aller dîner quelque part n'est pas non plus l'idéal, mais j'ai un truc: je la remonte bien comme il faut et j'enfile un pantalon dessous, la paire de sandale ou d'escarpins dans le top case, le sac à main avec dans son dust bag pour ne pas l'abimer et c'est bon. Je dois quand même dire que la première fois qu'on est parti en week end et que mon cher et tendre, royal,  m'a tendu l'équivalent d'un tiers de bagage cabine en me disant: "Voilà ta valise " j'ai cru qu'il plaisantait! Ben non, mais comme il est très attentionné il me cède une micro place de la sienne en plus...
Enfin voilà, je ne m'en lasse pas, et toujours l'impression qu'on a 18 ans quand je monte derrière lui et qu'il m'emmène où il veut, alors je n'ai besoin de personne, à une exception près...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire